Chipset Intel Z87, H87, et B85 : L’ultime comparaison

Eh oui, nous en sommes là, le merveilleux cycle de l’évolution technologique des chipsets Intel, à tous les 14 mois, on a une nouvelle gamme et aujourd’hui je vais faire le tour pour démystifier les différences entre ces trois chipsets qui sont destinés aux nouveaux processeurs Haswell. Premièrement, la plus grande différence par rapport aux générations antérieures est le fait de changer de socket, cette série 8 (nom de code : Lynx Point) utilise le socket 1150. Pas une énorme différence côté dimension, notez qu’on peut utiliser notre ancien système de refroidissement, compatible à 100% avec l’ancien socket 1155 (LGA 1155). Donc bonne nouvelle ici.

Changer encore de socket n’est pas un gros problème, malgré certains journalistes qui disent le contraire, quand une nouvelle gamme de processeurs débarquent et qu’on veut vraiment se mettre à jour, vaut mieux aussi changer la carte mère, même si l’ancienne est compatible avec le nouveau CPU. Encore faut-il se rappeler qu’aujourd’hui, en 2013 et depuis quelques années, le rapport de performance entre les générations de CPU apporte au maximum un bénéfice de 10%. Et je souligne le mot maximum, car on peut avoir affaire à un beau 0% de différence entre 2 gammes identiques. C’est mieux d’attendre 3 ans avant de mettre à jour son ordinateur de jeux (évidemment, dans le cas où l’on souhaiterait changer pour une gamme similaire). Autrement dit, cela ne sert à rien de remplacer son architecture Ivy Bridge 3770K par un nouveau Haswell 4770K. Le temps où la technologie évoluait tous les 3 mois est maintenant terminé pour le monde du PC. Aujourd’hui c’est plutôt tous les 3 ans! Et je pourrais même dire que d’ici quelques années, mon blogue sera voué au rétrocomputing seulement!

Notez que 2 autres chipsets sont offerts, soit le Q87 et le Q85, mais ils s’adressent principalement aux parcs informatiques d’entreprises.

Intel Z87

Premièrement, entre vous et moi, si vous êtes un joueur PC et que vous préférez Intel à AMD, il n’a pas vraiment de grande réflexion, votre ultime PC doit tournée sur un chipset Z87! Mais ça vaut quand même la peine de lire sur les autres chipsets si vous avez un PC à construire pour Grandma ou pour votre chambre à coucher. La plus grande évidence distinctive du Z87 est qu’on peut overclocker (surcadencer) et qu’il ne possède pas de technologie qu’on ne veut pas comme le fameux Anti-Theft Technology et l’Active Management Technology 9.0. Deux trucs de sécurités qui ne servent pas à grand-chose si vous êtes un joueur PC. Par contre, vous pouvez optez pour un H87 si vous n’avez absolument pas l’intention de faire quelconque modification de surcadencage ou brancher 2 cartes graphiques en SLI/CrossFire. Mais des fois, un vendredi soir, c’est tentant de s’amuser avec ça.

Principale distinction

  • Possibilité d’overclocker (surcadencer)
  • Anti-Theft Technology absent
  • l’Active Management Technology 9.0 absent
  • SLI/CrossFire 8+8x / 8+4+4x (2,3,4-Way)

Les bons achats

  • ASUS Sabertooth Z87
  • ASUS Maximus VI Extreme
  • ASUS Z87-Plus
  • Gigabyte G1.Sniper 5
  • Gigabyte Z87-D3HP
  • MSI Z87 MPower Max
  • MSI Z87-GD65 Gaming
  • ASRock Z87 Extreme6

Intel H87 / Q87

Ici on a 2 chipsets assez identiques, la seule différence entre le H87 et le Q87 est au niveau de l’Active Management Technology (AMT) disponible uniquement sur le Q87 et le Q85. En gros, c’est une technologie de sécurité d’Intel principalement utilisé en entreprise. Cette gamme a aussi beaucoup moins d’option pour le setup des cartes graphiques, absence de SLI ou CrossFire, absence d’overclocking.

Principale distinction

  • Montage moins dispendieux qu’une carte Z87
  • Nul besoin d’investir sur un processeur « K »
  • Montage SLI ou CrossFire impossible
  • Surcadencage impossible

Les bons achats

  • ASUS H87I Plus
  • ASUS H87M-E
  • Gigabyte H87M-HD3
  • MSI H87-G41 PC Mate

Intel B85 / Q85

Ouch! Ici on parle vraiment du bas de gamme, un ordinateur très basic, pas cher, utile pour la bureautique. Évidemment, pour un parc informatique de 1000 postes, opter pour cette gamme signifie quand même une économie d’argent. Mais disons que pour moi, si ces 2 chipsets n’avaient pas existé, j’aurais simplement économisé 10 minutes dans ma vie fantastique en n’écrivant pas ce paragraphe.

Principale distinction

  • On économise quelques dollars (10-15$) par rapport au H87
  • RAID impossible
  • Technologie « Smart Response » absente (SSD et HD en RAID)
  • 4 ports SATA3 et 2 Ports SATA2 au lieu de 6 ports SATA3
  • Il faudra attendre les prochains processeurs bas de gamme d’Intel sur socket 1150 pour réelement profiter du facteur bon marché de cette série 85, en attendant préferer un Pentium G2140 couplé à un B75 (LGA 1155).

Les bons achats

  • MSI B85M-P33
  • ASUS B85M-G
Publicités
Publié dans TECHNOLOGIE | 3 commentaires

Xbox One: L’art de tuer le concept d’une console de jeu

Qu’est-ce qu’une console de jeux vidéo? Une boite formée de composants électroniques servant essentiellement à faire fonctionner un jeu vidéo, permettant de jouer seul ou entre amis et avoir du plaisir. Toute la famille peut y jouer, cette petite boîte apporte souvent beaucoup de plaisir, sans tracas, on relaxe après une dure journée de travail en jouant devant la télé. Les enfants sont à la base le premier client d’une console de jeu, dans le sens qu’un joueur a joué en étant jeune. Au niveau des statistiques, environ le quart de tous les joueurs sont des enfants. Facile de faire ses premiers pas de vidéogamer avec une console, c’est simple, on branche la console, on met le disque et on joue. Peu importe l’endroit, au sous-sol, dans le salon et même dans le garage! Oui le kid peut même trimbaler sa vieille console avec lui au camping ou au chalet. Pas de problème, il devient accro, pendant ce temps papa et maman s’amusent dans la cuisine. En fait, tout le monde peut utiliser cette fameuse console de jeux vidéo, tout de suite après l’achat. C’est facile! Même pas besoin de faire quelconque manoeuvre ou configuration de base. Tout est fait pour faire jouer les jeux qui sont vendus aux magasins pour celle-ci (petit emblème de la consommation et du capitaliste).

Et en réalité, le contraire serait stupide. La console de jeu se démarque totalement du PC par sa simplicité. Le PC est d’ailleurs conçu pour faire plusieurs tâches, le jeu vidéo est seulement une des nombreuses possibilités. Notez que le premier IBM-PC a été présenté à l’hôtel Waldorf-Astoria le 12 août 1981. Pour revenir à la Xbox One, quand j’ai entendu les échos de la soi-disant connection internet obligatoire toutes les 24 h, je me suis dis « bah, ils vont se rétracter, ce truc-là est ridicule ». Mais aujourd’hui, sur le site officiel de Steve Ballmer, on a officialisé le truc dans le contrat de licence. Je pourrais m’emporter et dire plein de cochonneries, mais à la place je vais laisser le temps faire son oeuvre, soit l’échec total de la Xbox One. Je crois que les dirigeants du département Xbox chez Microsoft ont complètement oublié la vraie nature d’une console de jeux vidéo. Peu importe « l’innovation » apportée à la Xbox One, elle ne remplit aucunement sa réelle vocation. Et si ça n’avait été des spécifications techniques totalement ridicules de la WiiU, Nintendo aurait pu facilement rayer de la carte un compétiteur, soit Microsoft.

http://news.xbox.com/2013/06/license

Publié dans TECHNOLOGIE | Tagué | Laisser un commentaire

Où est Bill? Where’s Bill?

Le Windows 8 et son format tactile, sa prochaine base d’application Windows Store, la percée de Microsoft dans le monde des tablettes, les cellulaires et sa petite philosophie qui ressemble de plus en plus à celle d’Apple. Est-ce vraiment ça que veulent les utilisateurs Windows? Sérieusement, le risque peut être fatal. Si Microsoft offre un système d’exploitation et une mentalité semblable à Apple, pourquoi je continuerais à utiliser Windows au lieu d’aller vers OS X?

Bureau tactile
L’écran tactile en entreprise, s’il vous plait, passer outre! À ce que je sache, les portables et les postes de travail chez Apple ne sont pas encore tactiles. OS X reste plutôt conventionnel, voire conservateur. Ce sont 2 mots très familiers chez Microsoft. Mais en ce moment, cette philosophie prend un peu le bord. On veut tout changer. C’est comme si Microsoft se sentait menacé par quelque chose. Pourtant, cette peur aliénante face à l’ennemi est tout à fait injustifiable. Il y’a quelqu’un, quelque part, chez Microsoft qui a peur. Normalement, on fait une restructuration quand ça va mal et à ce que je sache, Windows est de loin l’OS le plus utilisé dans le monde. Windows XP roule encore.

La nouvelle école de pensée
En tant qu’utilisateur Windows à la maison, quand je vois ce qui s’en vient avec Windows 8 et cette philosophie tonitruante, je me dis que tant qu’a changer, aussi bien utiliser OS X et acheter sur App Store. Ce sont eux les leaders de cette philosophie et mentalité commerciale end-user friendly. Pas Microsoft. S’ils veulent faire comme Apple, malheureusement, les utilisateurs vont se tourner vers… Apple. C’est simple. Notez que pour les geeks, les programmeurs et les costeaux, Linux existe. J’ai toujours eu un ordinateur sur Linux proche quelque part. J’adore ce système d’exploitation, on peut faire ce qu’on veut, tout à fait gratuitement. Il faut seulement être à l’aise avec la ligne de commande. Mais en passant, c’est comme dans Windows! La ligne de commande sur Windows est très souvent utilisée par les utilisateurs, accéder au coeur de la machine estaussi facile d’un côté comme de l’autre. Sur OS X, c’est différent, mais bon…

Vs. Linux
Parlons un peu plus de Linux; à un certain moment, Bill Gate en a eu peur. Il a même fait une petite campagne de salissage, il faut dire que Bill est assez convainquant puisqu’on n’a jamais vu réellement Linux être adopté en entreprise. Pourtant, Linux est gratuit, stable, rapide, sécuritaire et plutôt mignon. On peu même utiliser Linux pour faire toute notre bureautique, programmation et même jouer. Comptabilité, web, base de données, traitement de texte, infographie, etc., etc. Mais le plus gros hic avec Linux, hors mis le soutien technique inexistant, c’est le parallèle avec une compagnie sans but lucratif, peu importe ce qu’elle fabrique, elle ne sera jamais rentable financièrement.

V.s Google
Pour ce qui est de l’autre Big Brother, Google, je m’imagine voir arriver un système d’exploration similaire à Linux, « Google OS G ». Il serait conçu essentiellement pour les applications bureautiques et donc conçu pour l’entreprise. Imaginez ça qui débarque sur les PC de bureau. Une bonne base d’application, un soutien technique comparable à celui de Microsoft et les mêmes avantages qu’une distribution Linux solide et sécuritaire. L’action de Google vaut une fortune en ce moment, Google à beaucoup d’argent dans le coffre. Microsoft a beaucoup de compétition.

Le culte de la performance
Dans un MMORPG conventionnel, lorsqu’on entre dans un donjon, ultimement, c’est pour tuer le boss et non pas pour lui laver les pieds. C’est ça qui est plaisant dans le jeu. Dans la vie, c’est pareil, une compagnie qui se respect veut anéantir son voisin et prendre sa part du gâteau, c’est ça le trip. Microsoft, avec son nouveau Windows 8, devra être très solide. Sinon, il va avoir un Elf quelque part, assez bien armé, qui viendra tenter le diable.

V.s Apple
C’est ce qui m’amène à avoir une petite crainte en tant qu’observateur sur l’avenir à long terme pour ce géant qui est Microsoft.

Publié dans TECHNOLOGIE | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

RDRAM, Rambus 800 pour les intimes!

Qui dit Rambus, dit société du genre « troll à brevets ». Cette compagnie existe toujours et elle ne vit que pour développer des nouvelles technologies et d’y apposer un brevet. On pourrait dire qu’elle attaque ensuite! C’est ce genre de compagnie qui a donc développé la fameuse Rambus PC800 (socket RIMM, 184 Pin). Elle a été jumelée en novembre ’99 avec le nouveau chipset 820 d’Intel (codename: Camino). La Rambus PC800 était la plus rapide du moment, en fait, on parle de 3 à 4 fois plus performante avec sa vitesse d’horloge réelle à 400Mhz et sa bande passante à 3.2GB/s. Comparée au pauvre 100Mhz de la SDRAM PC100, théoriquement, la Rambus tuait. Mais en pratique, le choix d’utiliser une architecture à base de PC800 n’était pas si glorieux qu’on pouvait le croire. En tenant compte des applications et de l’OS Windows 98, on parlait d’un maximum de 33% plus rapide par rapport à une infrastructure à base de PC100 SDRAM (même catégorie de processeur, etc.).   Sur le banc d’essai, c’était bien, mais c’est somme toute un échec quand on comparait le gain versus le prix…

Fondé en 1990, Rambus Incorporated (NASDAQ: RMBS) tient le coup avec ses superbes licences. En fait, elle vit que pour ça et les dirigeants se portent plutôt bien (ce sont principalement les mêmes qu’à l’époque). Le prix de l’action a varié entre un sommet de plus de 150$ en 2000 (au temps de la RDRAM) à un creux d’environ 3$ en 2002 (au temps de la DDR1). Manque de profondeur? L’action vaut présentement 5.60$ (juin 2012).


Le Coût
Question sensible et existentielle : how much? Quand c’est le temps de se monter une bombe, c’est rare qu’on délaisse le facteur porte-feuille, mais Rambus s’en fout. À l’époque, La RDRAM n’était pas du tout abordable comparée à la SDRAM. À sa sortie (été ’99), elle coûtait six fois plus cher, soit 1450$ pour un kit de 128Mb! Un an plus tard, elle avait baissé, mais était toujours 3 fois plus dispendieuse que la SDRAM. Je me rappelle avoir entendu un vendeur me dire « tsé, cette RAM est tellement rapide que tu as seulement besoin d’un kit de 64Mb pour monter ta bombe ».  Le doute…  À l’époque, au tout début du P4, la Rambus PC800 coûtait autour de 3$ le Mb selon les constructeurs. Pour la SDRAM, c’était plutôt autour de 0,75$ à 1$ le Mb. Donc, c’était facile d’opter pour des rangées de SDRAM. Notez que s’il y avait 4 rangées de mémoire et qu’on en utilisait seulement une paire, nous avions 2 barrettes « vide/dummy« , appelé CRIMMs

Les barrettes CRIMMs servaient de terminaison. Une particularité très louche aujourd’hui, mais assez amusante. Donc si vous êtes cool et que vous pensez monter un retro-computer avec de la RDRAM, vous êtes avertis!

RDRAM: Rentabilité impossible

  • Bien que la conception de RDRAM réduit considérablement la quantité de câblage soudée (wiring) qui doit être faite sur la carte mère, elle ne pouvait jamais aider à baisser les coûts de fabrication pour les constructeurs. Pourquoi? Soutenir cette technologie demandait beaucoup de formalité. Épreuve de minutie, qualité du wiring, la carte mère devait être top notch, ce qui engendrait des coûts. Il n’y avait pas d’économie à faire au montage. En terme clair, avec cette mémoire il fallait que ce soit bien construit, pas de place pour le montage cheap.
  • Les droits..duh, un pourcentage important allait dans les poches de la compagnie Rambus pour sa RDRAM. Jamais à la baisse, ces droits de brevet à long terme devenaient bien trop importants dans le prix au détail, mais surtout, pour les constructeurs d’ordinateurs qui devaient être compétitifs. Ça n’avait pas de sens, et c’est Intel en 2002 qui a abandonné complètement la RDRAM au profit de la DDR-SDRAM (DDR1), qui était aussi performante et plus fiable.
  • Parlons de la fiabilité; ce n’est pas sans raison que la RAMBUS avait un heatsink (dissipateur de chaleur), elle surchauffait. Selon les fabricants (Kinston, Samsung, Micron etc.) on avait souvent à faire face à une barrette défectueuse avec le temps. La RDRAM fonctionnaient en couple, il fallait 2 barrettes pareilles pour que ça fonctionne. Donc si une meurt, il fallait remplacer les 2 car elles étaient vendues en paire. Pour faire 128Mb, il fallait 2 barrettes de 128Mb et non pas 2 barrettes de 64Mb.

Harold Hughes et son mur des brevets intitulé « Your licence to speed » chez Rambus, c’est plutôt un véritable mur des poursuites.

Le temps fait son oeuvre
En fait, dans l’univers informatique, cette technologie est un des pires FAIL. Intel a cru en la RDRAM, en prétextant que la SDRAM était tout simplement inappropriée pour sa nouvelle flotte de Pentium. On a utilisé la mémoire de Rambus pour les chipset 850, 860 et 850E en attendant l’arrivée des DDR1. La DDR-SDRAM (DDR1), technologie ouverte et libre, pouvait concurrencer avec la Rambus PC800 avec 3.2 Gb/s de Bandwidth. En somme, elle était toute aussi rapide, plus fiable et beaucoup moins coûteuse. Notez que vers la fin de 2001, il y’ a eu une chute considérable des prix pour les mémoires vives. Disons qu’on s’en donnait à cœur joie avec la DDR1, 250$ et on avait notre 1Gb. Peut-être qu’on pourrait dire que la Rambus 800 était en avance sur son temps, certes, mais à quel prix? Le prix de la rançon c’est une question de droit intellectuel envers et contre tous!

Publié dans TECHNOLOGIE | Laisser un commentaire

Ordinateur : Machine Numérique Automatique

Si nous traduisons de l’anglais « Computer » du verbe « Compute » on obtient Calculateur. Mais en France, utiliser ce mot aurait été trop simplet! Effectivement, le mot ordinateur fut adopté suite à une demande des dirigeants d’IBM France, qui trouvaient que calculateur avait pas assez de piquant pour caractériser leur nouvelle bombe technologique (le IBM 650).

Le fameux IBM 650, véritable bête technologique. 2000 exemplaires produits (en série) de 1954 à 1962, très coûteux et peu fiables (il pouvait tomber en panne plus d’une dizaine de fois par semaine!). Il servit principalement pour l’étude de l’informatique à travers les universités.

On proposait donc de changer de nom. C’est donc en 1955, après quelques débats que le mot « ordinateur » tiré du latin « Ordinator » fut adopté. Ce mot a été officiellement trouvé par le professeur de philologie Jacques Perret. En fait, il existait déjà (sans être utilisé) en tant qu’adjectif dans le dictionnaire Littré de l’époque et la définition était « Dieu qui met de l’ordre dans le monde ». Donc ne cherchez plus, Dieu n’a jamais été aussi présent.

Ancienne offre d’emploi d’IBM (1959), qui recherche alors des jeunes ingénieurs technico-commerciaux! On peu ainsi voir l’apparition du mot « ordinateur ».

Publié dans TECHNOLOGIE | Tagué | Laisser un commentaire